Visitez le Cloître de l'abbaye au Mont-Saint-Michel

L'abbaye sera un temps fort de votre visite du Mont Saint Michel. Lorsque vous découvrirez ce monument millénaire, prenez le temps de faire une halte dans le cloître. 

Le cloître au coeur de la vie monastique

Colonnades du cloîtrePrésent à l'origine dans les monastères et les abbayes, le cloître est un espace le plus souvent carré, plus rarement rectanguaire, entouré d'une galerie couverte donnant sur une cour intérieure, parfois un jardin. C'est avant tout un lieu d'échanges et de rencontres, qui n'était pas soumis aux mêmes règles de silence que les autres pièces du monastère. Des bancs permettent de s'y asseoir pour méditer, contempler la beauté du ciel ou de la nature. Ils sont aussi un lieu de passage puisqu'ils desservent les différentes salles de l'édifice.

Les quatre côtés du cloître sont quatre murailles symboliques : le mépris de soi-même, le mépris du monde, l'amour du prochain ainsi que l'amour de Dieu. Les rangées de colonnes accueillent, à leurs bases, la patience. La diversité des demeures dans le cloître symbolise celle des vertus, et le jardin central, quand il est fleuri, symbolise l'hortus conclusus : un thème iconographique fort qui évoque le jardin enclos à la Vierge Marie.

Les abbayes et les abbatiales n'ont pas le monopole des cloîtres. En effet, les cathédrales, églises importantes et collégiales en ont aussi érigé au fil des siècles.

Le cloître de l'abbaye du Mont Saint Michel

Situé au sommet de la Merveille, proche des cieux et donc de Dieu, le cloître de l'abbaye du Mont Saint Michel est constitué d'un quadrilatère irrégulier. Contrairement à la configuration classique, le cloître du Mont Saint MIchel ne se situe pas au centre du monastère et ne dessert par les différentes salles. Ici, son rôle est clairement méditatif et symbolique.

Les sculptures sont fines, vous apprécierez le détail apporté à la réalisation des arcades, des écoinçoirs, la décoration à la fois exubérante et florale. La pierre de Caen, calcaire tendre, a été ciselé par des artistes et tailleurs de pierre aux talents incroyables.

Notons la présence, remarquable, de trois arches à l'ouest ouvertes sur le vide. Elles devaient à la base être l'entrée de la salle capitulaire dont la construction fut annulée. Ce n'est pas pour déplaire le touriste qui visite le cloître de l'abbaye : la vue, imprenable, donne sur la mer et la baie du Mont Saint Michel. Les colonnettes, en quinconce, étaient à l'origine en calcaire lumachelle qu'il fallait importer à grands frais du royaume d'Angleterre. Elles ont été restaurées et refaites en poudingue de Lucerne.

La galerie sud accueille une porte communiquant avec l'église. Des soupiraux éclairent aussi la Chapelle des Trente Cierges et le Cachot du Diable. Vous pourrez aussi y admirer le lavatorium, construit sur deux bancs superposés. On s'y lavait les mains avant d'aller se restaurer d'un frugal repas au réfectoire. C'est là aussi qu'avait lieu chaque jeudi une cérémonie de piété et d'humilité, le lavement des pieds.

Côté est, deux portes s'ouvrent sur le réfectoire et la cuisine. Le côté nord porte encore les stigmates du XIXème siècle, quand l'Abbaye du Mont Saint Michel était une prison : des cachots y ont été construits sous les combles pour enfermer les détenus les plus récalcitrants.

Cloître du Mont-Saint-Michel

Le jardin médiéval que vous pouvez admirer aujourd'hui a été créé en 1966 par un moine bénédictin, Bruno de Senneville. Buis, rosiers de Damas, plantes médecinales, herbes aromatiques et fleurs composent un tableau bucolique et reposant tout en rappelant les besoins quotidiens des frères qui vivaient jadis ici.

Le goût d'inachevé laissé par l'aile ouest n'enlève rien à la magie et à la poésie des lieux.

Les trésors de l'abbaye