Juno Beach

Le Canada fait partie des belligérants de la Seconde Guerre Mondiale qui intervinrent sur les plages du débarquement en Normandie. En tant que royaume du Commonwealth, le Canada a un lien intime avec le Royaume-Uni. 15 000 soldats canadiens s’entraînèrent pour participer à la chute de l’Allemagne.

Débarquement des troupes canadiennes sur Juno Beach

Juno Beach est le nom d’une des plages du débarquement allié du 6 juin 1944. L’assaut du littoral sous le nom de code Neptune devait permettre la prise de contrôle de points stratégiques (ponts, ports, grandes villes) pour ensuite entamer la bataille de Normandie et l’avancée dans les terres. Pour remplir cette mission, la plage de Juno Beach délimitée entre Saint-Aubin-sur-Mer et La Rivière est attribuée aux forces canadiennes.

La défense allemande était composée d’artillerie le long des côtes, ainsi que d’une ligne de défense de chars. Des obstacles anti-débarquement sont également présents sur les plages pour ralentir l’avancée de l’infanterie et les rendre vulnérables aux tirs d’artillerie. Malgré les bombardements des alliés qui précédèrent le débarquement, les soldats allemands eurent le temps de se regrouper et d’anticiper l’arrivée des Canadiens. En effet, les mauvaises conditions météorologiques n’ont pas suffisamment permis de saboter les défenses ennemies. Les pertes canadiennes sont considérables durant les premières heures du débarquement.

En fin de journée, les soldats débarqués parvinrent tout de même à prendre le contrôle de Saint-Aubin-sur-Mer. D’autres troupes canadiennes rejoignirent le combat le lendemain. Ils purent continuer à avancer dans les territoires normands pour libérer progressivement les villes rencontrées.

Soldats canadiens bléssés à Juno Beach

Le centre Juno Beach

45 000 Canadiens périrent pendant la Seconde Guerre Mondiale, dont 359 le 6 juin 1944. Pour leur rendre hommage et raconter leur histoire, le Centre Juno Beach à Courseulles-sur-Mer a été inauguré en 2003. Il est composé d’un musée avec des expositions permanentes et temporaires, ainsi que d’un parc qui bénéficie d’une visite commentée.

Les expositions retracent l’engagement du Canada dans le conflit dès septembre 1939, ainsi que sa participation aux batailles de l’été 1944. Quant au parc, il abrite les vestiges du mur de l’Atlantique initié par le commandant Rommel pour défendre les côtes en cas de débarquement. La visite commentée du parc Juno propose au public de mieux comprendre les fonctions de ces installations, et leur importance dans le conflit.

1 Jour(s)
À partir de 259,00 €
1 Jour(s)
À partir de 175,00 €

L’armée canadienne intervint sur plusieurs fronts de la Seconde Guerre Mondiale. Elle participa aux campagnes en Italie, en Sicile, ainsi qu’aux Pays-Bas. La marine royale canadienne participa entre autres de manière active aux batailles sur le front Atlantique.

Juno Beach est aujourd’hui un lieu de mémoire. Des monuments dédiés aux pertes canadiennes sont présents le long du littoral normand. Leurs dépouilles ont été placées au cimetière militaire du Commonwealth de Bayeux, ainsi qu’au cimetière militaire canadien de Bretteville-sur-Laize.

On peut visiter un musée du débarquement dans différents lieux où des batailles sanglantes se sont déroulées, en Normandie.