Département égyptien du Musée du Louvre

Visites du Musée du Louvre À partir de 39,00 € En savoir plus

Avec le département des peintures, celui des antiquités égyptiennes est la plus célèbre partie du Musée du Louvre. La pyramide rappelle son importance aux visiteurs. Ce sont des témoignages de l’histoire de l’empire égyptien conservés là et mis à disposition du public. Fresques, objets quotidiens, sculptures et bien entendu sarcophages composent la collection.

Mais où sont les momies ?

Lorsque le département égyptien fut fondé en 1827, il était très difficile de garder intactes les momies trouvées lors des fouilles archéologiques. C’est la raison pour laquelle on ne peut voir qu’une seule momie au Louvre, alors que bien d’autres furent inhumées. Il fut alors choisi de les enterrer dans des cimetières parisiens.

Le département des antiquités égyptiennes possède bien d'autres atouts. Son premier directeur n’est autre que Jean-François Champollion qui décoda les hiéroglyphes anciens à l’aide de la pierre de Rosette qui est aujourd’hui exposée à Londres. C’est grâce à lui que les collections Durand, Salt et Drovetti furent achetées par ordre du roi Charles X. Avec les objets rapportés des campagnes napoléoniennes en Égypte, cet ensemble forma le département égyptien du Louvre.

C’est dorénavant une partie du musée très populaire, qui a même inspiré le monde de la fiction avec la série Belphégor, le fantôme du Louvre de 1965 diffusée sur l’ORTF.

Voyager dans l’ancienne Égypte sans quitter le Louvre

Depuis 1997, le département égyptien occupe l’aile Sully sur deux niveaux au rez-de-chaussée et au premier étage. Pour des raisons pratiques, les objets les plus lourds sont conservés au rez-de-chaussée tels que les légendaires sphinx, ou encore les sarcophages. Cela permet entre autres de limiter leur usure qui aurait pu être provoquée lors des réaménagements du Grand Louvre. Jean-François Champollion avait une vision très studieuse du département égyptien. L’aspect esthétique passait alors après la vision historique et ethnologique. Cependant, il a été choisi que le premier étage de l’aile Sully accueillerait les pièces dans un déroulement chronologique afin de pouvoir en étudier les évolutions esthétiques. Le département conserve également des objets de l’époque copte, soit de l’Égypte chrétienne.

5 objets de la collection égyptienne à voir absolument

Le scribe accroupi

Le « scribe accroupi » est le surnom de cette statue en calcaire peint qui représente en fait un scribe anonyme assis en tailleur. La position de ses mains sur son pagne montre l’action de l’écriture. Son papyrus devait être posé sur ses genoux tandis que la main droite tenait le pinceau. Le personnage est posé sur un socle fin en demi-cercle. C’est un beau témoignage de la sculpture peinte de l’antiquité. On le date de vers 2600-2500 avant J.-C.

Où le trouver : aile Sully, 1er étage, salle 22

Statue d’Amon protégeant Toutankhamon

Découverte à Karnak en 1857, Amon protégeant Toutankhamon est une impressionnante statue sombre faite en diorite. Haute de 2,20 mètres pour 44 cm de largeur et 78 cm de profondeur, on imagine assez l’effet qu’elle devait produire sur les visiteurs du temple dans lequel elle se trouvait initialement.

Où le trouver : aile Sully, 1er étage, salle 25

Akhenaton et Néfertiti

Le roi Akhenaton et Néfertiti se tiennent la main dans cette sculpture datée de leur règne. On suppose qu’il s’agit là d’une statue qui était exposée chez les familles égyptiennes afin de pouvoir honorer leurs souverains élevés au rang de divinités. Réalisée en calcaire, cette pièce conserve des couleurs authentiques.

Où la trouver : aile Sully, 1er étage, salle 25

La chapelle du mastaba d'Akhethétep

Cet édifice avait pour fonction d’accueillir les proches du défunt afin qu’ils y déposent des offrandes à son intention. Datée d’environ 2400 avant J.-C., elle a été remontée dans le Musée du Louvre en 1903. Les visiteurs peuvent donc y entrer de la même manière qu’on le faisait dans l’Antiquité.

Où la trouver : aile Sully, rez-de-chaussée, salle 4

Figurine d’hippopotame

Au premier étage, des objets de toutes sortes et souvent décoratifs figurent dans les vitrines. On y remarque des bijoux, mais aussi des représentations animales. Elles permettent de constater la faune présente en Égypte à cette époque. Les objets comme celui-ci en faïence bleu vif étaient posés dans les tombeaux des personnes importantes, afin de les accompagner dans l’au-delà.

Où le trouver : aile Sully, 1er étage, salle 23

Pour compléter la visite du département égyptien, nous vous invitons à vous rendre sur la place de la Concorde après avoir traversé le Jardin des Tuileries. Vous pourrez y contempler le célèbre Obélisque de Louxor, offert par Méhémet Ali au roi Charles X et à la France. Des deux obélisques qui figuraient à l’entrée du temple de Louxor, c’est celui de droite qui a été érigé sur la place en 1836.

Vous l'aurez compris, le département égyptien est un incontournable. Pour mieux en apprécier les différentes facettes, il existe différentes visites guidées du Louvre, idéales pour une première fois au Musée.

Les départements du Musée du Louvre